Incontournable : Oeuvres pour orchestre de Luc Le Masne

“Rencontre majeure et déterminante dans mon parcours. En 2000, la clarinettiste Catherine Delaunay m’invite à rejoindre l’orchestre franco-cubain de Luc Lemasne. Je me retrouve en section au baryton à Cuba aux côtés des meilleurs musiciens cubains et français du moment pour jouer une musique sans frontière. Propre à Luc Lemasne elle est inspirée par le jazz, la musique contemporaine et la musique Cubaine. Depuis ces années je réalise que je suis toujours dans cette quête d’ouverture, de mélange et avant tout d’authenticité. J’ai le plaisir de figurer sur plusieurs titres de ce coffret de trois CD.”

Lionel Martin

En vente sur Ouch ! Records

Luc Le Masne est né à Paris en 1950 dans une famille de musiciens : ses parents, chanteurs, l’ont initié très tôt à l’art du chant et du piano. Il interrompt ses études de médecine à 23 ans et décide, après l’acquisition d’un saxophone et sa rencontre avec le jazz – mouvance « free » – de devenir musicien, et d’abord saxophoniste, plutôt que médecin.

Passant progressivement de l’improvisation à la composition, il écrit bientôt ses premières œuvres, et dès lors il ne s’arrêtera plus…

La musique de Luc Le Masne est réputée « inclassable ». Son talent se révèle aussi bien en jazz qu’en musique symphonique, opéras, oratorios, musiques de ballet, de théâtre ou de film.

Fondateur du Grand Orchestre Bekummernis, big band mythique des années 80, il a renouvelé la nomenclature et l‘écriture pour grand orchestre de jazz, notamment par la richesse du contrepoint, mais aussi par l’ajout d’un pupitre de bois imposant (flûtes, hautbois, cor anglais, clarinettes, clarinettes basses) ainsi que de percussions en nombre.

En 1981, son Hommage à Fernand Léger, créé pour le centenaire du peintre, est la première commande de l’État Français dans le domaine du jazz et de la musique improvisée. Les critiques comme le public applaudissent sans réserve cette création et le talent du compositeur : « Le sublime est atteint avec le Grand Orchestre Bekummernis du pétulant Luc Le Masne ».

En 1982, il écrit une symphonie pour le Festival d’Avignon, NôSí, qui sera suivie de nombreuses autres œuvres : Le Cercle de Pierres, Til C., Con Tempo, Mémoire d’Eau, Eden, Langue de Feu…

En 1990, il collabore avec le chanteur gabonais Pierre Akendengué et instille sa “french touch” dans l’album Silence, qu’il arrange et produit pour le label Celluloid.

Il crée en 1993 le groupe Terra Nova, composé de 12 jeunes musiciens, tous devenus par la suite des artistes de renom.

En 1995, il s’installe à Veracruz (Mexique), où il écrit l’opéra Las Marimbas del Exilio, qui sera représenté en France et à Mexico (2000-2002).

En 1996, il retourne à ses racines en fondant le groupe vocal Anima pour lequel il compose l’oratorio Eden avec le librettiste Jean-François Goyet (Festival Présences – Radio-France).

En 1997, il s’envole pour La Havane, où il crée le grand orchestre Le Manacuba, constitué de 30 musiciens français et cubains (tournées à Cuba et en France de 2000 à 2005).

De retour en France, il écrit un programme pour marimbas mexicains : Un Français à Veracruz et crée le groupe franco-mexicain Papaloapán en 1998 (Grande Halle de La Villette – Paris).

En 2003, il crée une chorale d’enfants : Ici Ménilmontant, entouré d’une équipe d’artistes (metteurs en scène, chorégraphes, musiciens…) et signe la musique de la comédie musicale Langue de Feu, dont les textes sont écrits par les enfants (2003 – 2005).

Aujourd’hui, à l’instar d’un peintre qui délaisserait sa palette et ses pinceaux pour revenir à l’épure muni d’un simple crayon, Luc Le Masne se dédie à l’écriture de mélodies.

Production : Buda musique 

Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer